dimanche 12 juillet 2015

Questionnaire pour écrivant.e.s. Contribution 1 - Anonyme, 26 ans

26 ans

As-tu déjà publié des textes (publié : donné des textes à lire à des inconnus via un éditeur, une revue, un site, un blog) ?
Oui, sur un blog notamment, dont des articles repris par un site d'information indépendant local.

Les as-tu publiés sous ton nom ou sous pseudo ? (Il n'est pas obligatoire de les donner). 
Oui, sous pseudonyme.

Si tu portes un pseudo peux-tu dire pourquoi et ce qu’il représente pour toi ?
Mon pseudonyme est en quelque sorte le nom de mon « moi intérieur », celui qui s'autorise par écrit la véritable authenticité sans crainte d'être jugé, critiqué, ou tout simplement mécompris par le biais de l'affect de l'entourage.

Combien de textes as-tu publié ? (préciser : poésie, nouvelles, récits, articles, textes scientifiques, romans, etc. Ne donne pas le titre,  seulement le nombre approximatif.)
Environ une centaine d'articles personnels, dont des fictions courtes et des textes de réflexion à thème. J'ai également participé à un projet de nouvelle à trois écrivants en cadavre exquis. Enfin, j'ai publié un article scientifique.

Quel genre de textes as-tu écrit sans jamais vouloir les faire lire ?
Le tout premier écrit de toute mon histoire d'écrivante... il est couché sur plusieurs cahier de brouillon « Conquérant » (avec les célèbres tables de multiplication au dos!).

Quel genre de texte aimerais-tu écrire et publier ?
Des nouvelles, voire même un roman.

Si tu n’as jamais publié, peux-tu expliquer pourquoi ?
A mon grand malheur, je manque de technique et d'obstination pour concrétiser mes projets. Mes histoires sont souvent des débuts sans fin...

Quand as-tu commencé à écrire ? A quel âge ?
Mon tout premier récit date du collège, c'est également étonnamment le récit le plus long de toute ma vie !

Y a-t-il eu une raison précise, un facteur déclenchant ?
J'étais déjà grande lectrice à l'époque, et pleine d'imagination. Je crois que j'ai voulu écrire ma propre histoire, dont j'étais également héroïne aux côtés de mes amis. 

Qu’est-ce que tu écrivais au tout début ?
Surtout des fictions. Je m'en nourrissais largement dans mes lectures, et le français au lycée permettait « l'écriture d'invention » au bac ! C'était la reconnaissance scolaire d'un de mes plaisirs, et sans doute la découverte qu'on pouvait concilier les deux.

Sur quoi écrivais-tu ? (Ta main, un cahier, du papier libre, un ordinateur… ?)
D'abord au cahier de brouillon, puis très vite à l'ordinateur.

Est-ce que tu lisais beaucoup à cette époque ? Et quel genre de livres ?
Oui, je lisais beaucoup, surtout des romans d'aventure. De l'héroïque fantasy, mais aussi des romans historiques, de la science fiction... j'étais assez ouverte d'esprit. 

Qu’est-ce que le fait d’écrire t’apportait à l’époque ?
Je pense que c'était une forme de plaisir de concrétiser matériellement ce à quoi je rêvais le soir dans mon lit. Cela devenait concret, palpable, et cela me donnait beaucoup de plaisir et de confiance en moi. Ca a mit du temps, mais cela m'a permit de réussir à faire lire mes textes aux autres.

Est-ce que tu faisais lire ce que tu écrivais à tes proches ?
Seulement à partir du lycée, avec l'arrivée chez mes parents d'internet et des forums. Mes amis n'ont  quasiment jamais profité de la lecture « directe » de mes écrits, pas plus que ma famille. Ils les ont lu sous mon pseudonyme sur internet, en sachant bien entendu que c'était moi.

Si oui, comment est-ce que c’était perçu par ton entourage ?
Cela suscitait et suscite encore aujourd'hui beaucoup d'admiration. Je ne sais pas si c'est par la qualité de mes écrits ou tout simplement parce que j'ose simplement les faire lire et que je les assume. Même si c'est sous pseudonyme. C'est paradoxal!

Question additionnelle : Comment prends-tu les critiques, conseils et éventuelles modifications apportés par l'entourage qui a lu ton texte ?
Pour ma part, très mal ! J'écris avec mon cœur, et c'est bien un des domaines où j'ai du mal à concéder des changements ou des critiques négatives... Question d'orgueil peut-être !

Quel est le premier texte que tu aies considéré comme « achevé » ? (Ou dont tu te sois senti fier) ?
Sans doute une de mes courtes fictions sur mon blog... impossible de me rappeler lequel pourtant !

A l’époque où tu as commencé à écrire, qu’est-ce que c’était pour toi, un « écrivain » ?
Pour moi, ce n'était pas un métier, mais plutôt... une caractéristique, très noble. Un peu comme quelqu'un de très important qui méritait le respect.

T’es-tu jamais mis(e) à penser qu’écrire pouvait devenir ton métier ? Si oui, quand et pourquoi ? Si non, pourquoi ?
J'y pense depuis que j'ai commencé à voir que mes textes recevaient un certain succès, donc depuis quelques années. Si jamais j'en faisais réellement mon métier, cela serait le signe qu'une étape serait franchie et que je me dédierai entièrement à ce que j'écris. Pour l'instant je tâtonne, je survole.

Ce sont surtout des articles de réflexion à thème, ou de courtes fictions.

Quel genre de livres lis-tu ? 
De plus en plus d'histoires de vie réelles, de romans historiques. La vie des gens me passionne de plus en plus au détriment des fictions.

As-tu écrit aujourd'hui ? Si oui, décris ce que tu as écrit. Si non, depuis quand n'as-tu pas écrit et pourquoi ? 
Cela fait environ un an que je n'ai pas écrit. Ma vie est tournée vers autre chose pour le moment, c'est un peu une parenthèse. Je pense qu'à l'issue de cette période, je changerai de style/ de manière de publier ce que j'écris. Cette étape semble finie.

Depuis que tu écris, quel genre de texte (ou d’activité d’écriture) t’a apporté le plus de satisfaction, de plaisir, de fierté ?
Les fictions ! Entendre dire des internautes ou de mes connaissances qu'un texte les a fait pleurer, c'est ce qui m'a le plus émue moi-même. Réussir à toucher les gens en quelques pages, c'est ma plus grande réussite.

Depuis que tu écris, quelles ont été les principales frustrations que t’ont valu l’écriture ? 
Mon incapacité à avoir de la longueur de texte... je rêve d'une véritable œuvre aboutie à laquelle je pourrais me dire un jour « il n'y a plus rien à changer ! ». 

As-tu un site/blog où l’on peut te lire ou, à défaut, trouver les titres de tes textes publiés ? Si oui, veux-tu donner son nom et indiquer par quel texte tu aimerais qu’un visiteur qui ne te connaît pas lise avant tout autre ? Si tu préfères rester anonyme, merci d'avoir partagé. 
Je préfère rester anonyme, car comme je l'ai dit, tout cela était une époque qui sera bientôt révolue !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire