vendredi 7 août 2015

Questionnaire pour écrivant.e.s, 25 - Jérôme Tournadre, 36 ans


J’ai 36 ans d’après ma carte d’identité. Mais j’ai l’impression d’être encore ce petit garçon émerveillé par plein de choses (ce que je cultive encore) mais qui est aussi impressionné face à l’adulte. Ce qui n’aide pas à vaincre mon complexe d’infériorité.

As-tu déjà publié des textes (publié : donné des textes à lire à des inconnus via un éditeur, une revue, un site, un blog) ?

J’ai publié beaucoup de textes sur des forums, j’ai ouvert un blog que je n’entretiens plus depuis deux ans environ et je participe à la vie d’un site. Hors de la Toile, j’ai été publié dans des revues et des livres et j’écris souvent au préalable les interventions que je fais à la radio

Les as-tu publiés sous ton nom ou sous pseudo ? (Il n’est pas obligatoire de les donner)

À part sur les forums, j’ai toujours publié sous mon nom. J’avoue que je suis tenté de prendre un pseudo quand j’arriverais à écrire de la fiction.

Si tu portes un pseudo peux-tu dire pourquoi et ce qu’il représente pour toi ?

À l’époque il me permettait de me reconstruire. Il m’aidait à donner une autre image de moi, celle que je voulais monter en me débarrassant de la vilaine peau que je traînais depuis longtemps. Avec le recul c’est en effet ce qui s’est passé et si je l’utilise moins aujourd’hui, je lui en suis reconnaissant.

Combien de textes as-tu publiés ? (préciser : poésie, nouvelles, récits, articles, romans, etc. Ne donne pas le titre,  seulement le nombre approximatif.)

Je n’ai pour l’instant qu’un seul type de publication à mon actif : des articles. Je pense que j’ai du en publier approximativement 350.

Quel genre de textes as-tu écrits sans jamais vouloir les faire lire ?

Des feuilles d’un journal intime tenu lors d’une période où je n’étais pas bien moralement, une lettre d’excuse suite à une connerie que j’avais faite et des histoires érotiques.

Quel genre de texte aimerais-tu écrire et publier ?

Un roman et des nouvelles. J’aime écrire mais je n’ai jamais réussi à passer ce cap, je ne saurais l’expliquer précisément. Les histoires que j’invente dans ma tête me paraissent banales quand je veux les poser sur le papier et je me dis que je suis trop vieux pour m’y mettre.

Quand as-tu commencé à écrire ? À quel âge ?

J’ai commencé à écrire au collège, je devais avoir 14 ans

Y a-t-il eu une raison précise, un facteur déclenchant ?

Une jalousie ressentie envers un ami suite à un compliment qu’il a reçu de notre prof de français suite à une rédaction qu’elle jugea très réussie et qui lui dit qu’il avait un don. Ce qui était vrai mais je voulais prouver que moi aussi je pouvais bien écrire. C’est très orgueilleux quand j’y repense.

Qu’est-ce que tu écrivais au tout début ?

Je racontais ma journée, mes pensées et très vite j’écrivais aux courriers des lecteurs des magazines que je lisais pour donner mon avis et poser des questions. Puis j’ai commencé à écrire des tests de jeux vidéos. Je jouais beaucoup alors.

Sur quoi écrivais-tu ? (Ta main, un cahier, du papier libre, un ordinateur… ?)

J’aimais écrire sur des blocs-notes. Ça faisait « journaliste ».

Est-ce que tu lisais beaucoup à cette époque ? Et quel genre de livres ?

Je lis depuis que j’ai quatre ou cinq ans. À cette époque je lisais beaucoup de bd (surtout des comic-books et des mangas qui commençaient à arriver en France avec Akira et Dragon Ball). Je lisais beaucoup de science-fiction et de fantastique également.

Qu’est-ce que le fait d’écrire t’apportait à l’époque ?

Pas que je me souvienne en fait. J’ai commencé à ressentir un plaisir que plus tard, après mes vingt ans quand l’écriture représentait un contrepoids à un travail très terre à terre que je n’appréciais pas particulièrement.

Est-ce que tu faisais lire ce que tu écrivais à tes proches ?

Non c’était un peu un jardin secret et en même temps je me disais que cela ne les intéresserait pas.

Quel est le premier texte que tu aies considéré comme « achevé » ? (Ou dont tu te sois senti fier) ?

Je pense qu’il s’agit d’un article que j’ai écrit sur ma série télévisée préférée et qui fut publié dans une revue que je tenais en haute estime. J’y ai pu développer des d’idées que je n’avais jamais lues ailleurs.

À l’époque où tu as commencé à écrire, qu’est-ce que c’était pour toi, un « écrivain » ?

C’est étrange mais je ne me suis jamais posé la question. Ils étaient ceux qui m’ouvraient les portes d’un univers. Je les ai vus comme des sortes d’icônes inatteignables. Ce n’est que plus tard que j’ai pris conscience du travail qu’ils abattaient pour créer quelque chose qui nous paraît simple.

T’es-tu jamais mis(e) à penser qu’écrire pouvait devenir ton métier ? Si oui, quand et pourquoi ? Sinon, pourquoi ?

Jamais en ce qui me concerne et pas encore pour le moment. Je pense que c’est un tel travail que je me sens pas le courage pour m’y investir totalement. J’ai peur surtout d’en perdre le plaisir.

Aujourd’hui, quel genre de texte écris-tu ?

Toujours le même type de texte à savoir des articles, des critiques ou des analyses. Bref des textes dans lesquelles je parle des œuvres que j’aime (ou, plus rarement, que je n’aime pas) et que je souhaite faire découvrir au plus grand nombre de personnes.

Depuis que tu écris, quel genre de texte (ou d’activité d’écriture) t’a apporté le plus de satisfaction, de plaisir, de fierté ?

J’ai conscience de pas avoir une grande activité créative personnelle mais je suis fier et heureux quand des gens me disent qu’ils ont découvert et aimé quelque chose après avoir lu un de mes articles.

Depuis que tu écris, quelles ont été les principales frustrations que t’ont values l’écriture ?

La frustration de ne pas avoir écrit autre chose que des articles et même dans ce type d’exercice de ne pas avoir tenté de faire un ouvrage. La frustration de ne pas réussir à écrire de la fiction. Mais c’est plus liée au temps et au courage qu’a l’écriture en elle-même, je pense

Comment prends-tu les critiques, conseils et éventuelles modifications apportées par l’entourage qui a lu ton texte ? (Anonyme, 26 ans)

Il m’arrive de bouder et de ronchonner mais généralement les conseils étant souvent bon je les vois comme des améliorations pour mon travail présent et à venir.

Comment te sens-tu quand tu écris ? L’écriture est-elle une souffrance ou une facilité ? (Didier Austry)

Le plaisir est là quand j’ai fini d’écrire et que le texte est publié mais avant cela c’est surtout de la sueur et de la souffrance tant je peux peiner pour structurer ma pensée et écrire quelque chose qui soit à la fois simple, compréhensible, bon et qui donne envie.

Que manque-t-il à ton écriture pour qu’elle devienne des livres imprimés ? (Lyjazz)

Plus de style, plus de diversité dans le vocabulaire, plus de rigueur, plus de travail. Et à l’inverse beaucoup moins de fautes.

Quelle est ta contrainte préférée ? (Stern)

Aucune. Beaucoup sont des bonnes choses mais c’est pas pour cela que je vais les apprécier.

Peut-on perdre le goût de l’écriture ? (Elise Marcende)


Le goût je ne sais pas mais l’envie oui je le pense. Ce fut mon cas, durant deux ou trois ans. J’écrivais en mode automatique sans profiter de ce que je regardais et lisais. Du coup j’ai lâché le truc durant un temps.

As-tu besoin de penser à quelqu’un (pas forcément toujours le/la même) lorsque tu écris ? (S., bientôt 47 ans) 

C’est le cas actuellement. J’écris des articles destinés à un large public, je me dois donc d’être le plus compréhensible possible. J’imagine alors que c’est ma femme (connaissant moins le domaine sur lequel j’écris) qui me lit et me demande toujours si c’est clair pour elle.


Ma question : Quel est le texte le plus difficile que tu as écrit ?


Le site auquel je collabore c'est le Daily Mars et plus particulièrement la rubrique BD

S'il y a un texte que j'aimerais qu'on lise en premier c'est celui consacré à Superman - Identité Secrète.

http://www.dailymars.net/on-a-lu-superman-identite-secrete-maj-211114/

C'est un texte dont je suis fier sur une oeuvre que je trouve remarquable et pour lequel j'ai eu beaucoup de bons retours. Il représente ce qui me motive à écrire. La découverte d'histoire sque j'adore et que d'autres vont, j'espère, aimer.

Jerôme Tournadre

Contribution suivante  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire