vendredi 27 février 2015

Tweets or Tricks - par Martin Winckler


J'ai eu un abonnement Compuserve dès 1995, je correspondais avec des lecteurs et des auditeurs de France Inter dès 2002, et j'ai animé un site internet (Winckler's Webzine) dès 2003. 

Aujourd'hui, j'anime aussi un blog littéraire (Cavalier des touches) et un blog sur l'éthique du soin (L'école des soignants). J'ai deux pages Facebook (Marc Zaffran et Martin Winckler) et je participe activement à deux autres. Je reçois entre 20 et 30 messages par jour, et je réponds à la plupart. Autant dire que je ne suis pas un internaute débutant. J'aime l'internet, la liberté de parole qu'il nous donne, les informations diverses auxquelles il nous permet d'accéder, les échanges qu'il facilite.

Depuis l'automne 2013, j'ai aussi un compte Twitter.  Ces jours-ci, j'y ai eu quelques échanges (escarmouches) difficiles, ce qui m'a incité à réfléchir à ce que j'y fais, à ce que j'y aime ou pas. 

C'est une sorte de poème en vers de 140 caractères ou moins.

J’aime, je n'aime pas : cela n'a aucune importance pour personne; cela, apparemment, n'a pas de sens. Et pourtant tout cela veut dire : mon corps n'est pas le même que le vôtre. – Roland Barthes par Roland Barthes. ("Ecrivains de toujours" - Seuil) 

* * * 

J'aime recevoir les tweets d'articles intéressants, et décider d'aller les lire. Ou non. Et rêver que je les lirai plus tard.

Je n'aime pas recevoir un tweet accompagné de la mention "sponsorisé".

J'aime voir se mélanger tweets en anglais et tweets en français.

Je n'aime pas les tweets dans lesquels quelqu'un raconte sa vie sous les yeux de tous. J'ai l'impression d'être voyeur.

J'aime les tweets dans lesquels il y a la photo d'un truc incroyable à déguster, et la recette.

Je n'aime pas les échanges incompréhensibles lorsque, n'étant l'abonné que d'un des interlocuteurs, je n'en vois que la moitié. Ou moins.

J'aime tenter de dire "l'essentiel" en 140 caractères. Echouer. Recommencer. Tâtonner pour faire plus court. Y arriver parfois. Sourire.

Je n'aime pas voir les interlocuteurs s'accumuler et ne plus trop savoir à qui je réponds, à la fin.

J'aime voir un tweet se "déplier" sur un texte, une photo, une vidéo. Comme une faille dans le continuum.

Je n'aime pas beaucoup les tweets-en-série et pas trop les conversations à plusieurs car je n'arrive pas à les suivre.

J'aime les aphorismes, la longueur d'un tweet est parfaite pour ça et je ne me prive pas d'en faire quand ça me prend. Toute honte bue.

Comme tout le monde, je n'aime pas recevoir des tweets agressifs. Et parfois je me perds en conjectures : agressif ou pas, çui-là ?

Comme tout le monde, j'aime voir que le nombre des abonnés à mes tweet augmente.

Je n'aime pas que Twitter me "suggère" en colonne de droite les comptes auxquels je devrais m'abonner. De quoi j'me mêle ?

J'aime découvrir un nouveau compte parce qu'une des personnes que je suis l'a retwitté. Celles et eux que je suis m'ouvrent au monde.

Je n'aime pas qu'on retwitte le milieu d'un de mes tweets-en-série. Alors j'évite d'en faire. Mais parfois, la tentation est trop grande.

J'aime signaler les articles que j'ai écrits et ceux que j'ai aimés à beaucoup de personnes à la fois. Et voir que ça fait boule de neige.

1/2 Je n'aime pas qu'on expédie lapidairement un de mes articles via Twitter au lieu d'y répondre là où il est publié.

2/2 Car j'ai le sentiment que c'est une manière méprisante de réagir à ce que j'ai pris le temps et la peine d'écrire.

J'aime commencer ma journée en consultant mes boîtes courriel, puis mes pages FB, puis mon compte twitter.

Je n'aime pas avoir Twitter et FB sur mon téléphone, alors ils n'y sont pas.

J'aime voir que sur l'onglet "accueil", les tweets tombent comme des gouttes de pluie.

Je n'aime pas voir mon pseudo dans le même tweet que celui de twitteurs que je ne toucherais pas avec des pincettes.

1/2 J'écris pour partager. J'aime qu'on prenne le temps de m'interpeller par tweet mais je n'aime pas qu'on m'insulte, qu'on m'accuse d'être obtus…

2/2…  qu'on ne me laisse pas m'expliquer, ou qu'on me traite de malhonnête. Quand quelqu'un le fait, je le bloque. Ça me repose.

J'aime qu'on me demande par tweet si on peut m'envoyer un MP.

Je n'aime pas qu'on me demande des conseils médicaux par tweet. J'ai le sentiment de voir quelqu'un se déshabiller.

J'aime voir s'empiler pêle-mêle des tweets de revues, de journaux, de blogs, d'agences, d'acteurs, d'écrivains, de soignants, d'inconnus.

1/3 Je n'aime pas "débattre" sur twitter. Dans mon esprit, débattre, c'est échanger des arguments : prendre le temps de lire ou d'écouter 

2/3 et prendre celui de répondre. Répondre en 140 caractères à des textes de plusieurs pages, ce n'est pas débattre.

3/3 Mais ce n'est que mon opinion, non une parole d'évangile. Libre à vous de twitter le contraire. Ou d'en débattre. 

J'aime voir apparaître les tweets de quelqu'un (ou de quelque chose) que je croyais disparu (e) ou que j'avais oublié(e).

Je n'aime pas ne plus voir les tweets d'un correspondant que j'aime suivre.

J'aime aller consulter le profil d'un twitteur ou d'une twitteuse inconnu.e. Et décider de le/la suivre. Ou pas. En toute subjectivité.  

Je n'aime pas les profils qui ne disent pas grand-chose. Et ça me fait penser que je devrais aller balayer devant ma porte.

J'aime les tweets cachés de mes correspondants secrets.

Je n'aime pas qu'on prenne mes raccourcis ("Calmos" pour "Calmons-nous tous") pour de la condescendance ("Calmos" pour "Ta gueule").

J'aime ne pas aller sur Twitter.

Je n'aime pas recevoir des messages personnels de twitters sur ma boîte courriel. Alors je n'en reçois pas.

J'aime donner mon adresse courriel via message personnel, parce que j'ai toujours aimé les correspondances.

Je n'aime pas passer deux heures sur Twitter. Mais j'aime y passer deux heures parce que je ne suis pas un robot.

1/7 J'aime croire qu'on me lit parce qu'on a envie de me lire, en toute liberté – puisque personne n'y est obligé.

2/7 Je n'aime pas découvrir que certain.e.s me lisent et se sentent blessé.e.s par mes mots comme si je les avais visé.e.s.

3/7 J'aime qu'on prenne mes tweets (mes posts, mes articles, mes livres) pour des opinions, et rien de plus.

4/7 Je n'aime pas qu'on prenne mes tweets (mes posts, mes articles, mes livres) pour des ukases ou des paroles d'évangile.

5/7 J'aime la liberté que me donnent Twitter, FB, l'internet en général, d'écrire ce que je veux, de dire ce que je pense, à qui veut lire.

6/7  Je n'aime pas qu'on me reproche d'écrire "pour exercer un pouvoir". Les puissants n'ont pas besoin d'écrire. 

7/7 Ecrire aide à lutter contre le mensonge, l'arbitraire, le silence, les conventions – tout ce qui sert le pouvoir.

J'aime revenir sur ce que j'ai écrit et posté il y a trois heures, mois ou années. La pensée est faite pour vivre, pas pour être gravée.

Celui qui écrit est responsable de ce qu'il écrit. Celui qui lit est responsable de la manière dont il interprète. Parfois, écrivant et lecteur se croisent sans se toucher dans le tunnel obscur. Parfois, ils arrivent à sentir le souffle de l'autre. Parfois, ils se prennent par la main. – Raphaël Marcoeur.





1 commentaire:

  1. chouette article, chouette résumé de ce qu'on trouve et ne trouve pas sur Twitter... En effet, moi non plus je n'aime pas les conversations par tweets, Facebook est bien plus approprié pour ça, chacun peut lire tout ce que les autres ont répondu. Et Twitter n'est vraiment pas le bon outil pour les débats, difficile d'argumenter en 140 caractères... De même, c'est vrai qu'être bref oblige souvent à être sec, et que cette sécheresse est souvent prise pour de l'agressivité. Ce sont les limites de l'outil !

    RépondreSupprimer